•  

    bayrou

    F Bayrou 2012 Etat durgence

    François Bayrou publiera le 18 août 2011 un nouveau livre intitulé « 2012, état d’urgence « 

    L’élection présidentielle de 2012 se résumera à une seule question : la France peut-elle sortir de l’état d’urgence où elle se trouve, et comment ? Ce livre répond à cette question.

    Après le succès de son dernier livre « Abus de Pouvoir » publié en 2009 qui dénonçait la vraie nature de l’abus de pouvoir que Nicolas Sarkozy voulait imposer à la France, François Bayrou revient à l’approche de la présidentielle avec un nouvel essai « 2012, état d’urgence ».

    François Bayrou, député des Pyrénées-Atlantiques, a été ministre de l’Éducation nationale. Il a obtenu près de 20 % des voix à l’élection présidentielle de 2007. Il préside le Mouvement démocrate.

    Editeur : Plon / 256 pages / 15 € environ

    Prochainement dans toutes les bonnes librairies !


    votre commentaire
  • malouLa pluie cesse, le soleil va faire son apparition, en avant pour une nouvelle diffusion militante !

    Mardi début de matinée, les grosses pluies de la nuit ayant cessé le marché pouvait accueillir sous le soleil l’équipe de militantes et de militants mobilisés pour assurer une information citoyenne une information indispensable à une semaine du premier tour des élections municipale, cantonale,régionale, présidentielle...

    C'était, tout d’abord, un accueil toujours favorable, dû au désir de beaucoup de gens de mieux connaître les grands axes d'un programme et d’approfondir la signification du vote . De nombreuses marques de sympathie dans les allées du marché donnait à chaque fois à cette diffusion militante un caractère serein et bon enfant, permettant de respirer un bon air de dialogue et de démocratie.

    Notre militantisme, celui que j'ai partagé avec toi Malou est un militantisme ingrat. Alors que nous nous acharnions à défendre des valeurs humanistes, proche des gens de leur quotidien, de leur souffrance je n'ai pas su t'accompagner, je t'ai laissé partir. Pardon Malou et merci pour ton courage.


    votre commentaire
  • Une étude britannique prouve que les femmes qui portent le moins de vêtements possible vivent plus longtemps. Le gouvernement britannique envisage même de rendre la nudité publique légale.

    Sir Edwin Burkhart, un anthropologiste britannique, a récemment sorti une étude dans le Royal Journal of Social Anthropology résultant de plus de 5 000 interviews de femmes âgées de 70 à 120 ans. Cette étude montre que les femmes portant le moins de vêtements possible vivent plus longtemps ! L’anthropologue a plusieurs théories sur le sujet:

    - Beaucoup de vêtements contiennent des résidus chimiques de nettoyage à sec et de détergents pour lessives. Combinés à la sueur, ils pénètrent dans la peau et peuvent provoquer plusieurs cancers.

    - Les femmes nues attirent plus d’hommes, et sont plus susceptibles de se marier. Les gens mariés vivent plus longtemps et en meilleure santé.

    - Elles sont plus exposées aux éléments naturels qui sont des facteurs de longévité.

    - Les femmes nues sont généralement plus ouvertes d’esprit, intelligentes, indépendantes, et ont tendance à prendre plus soin d’elles dans les autres aspects de leur vie.

    - La fréquence de leurs rapports sexuels est plus élevé, et le sexe a été prouvé comme étant un facteur de longévité.

    120 ans et trois petits amis différents

    Philomena Bushfield a 120 ans et est nudiste depuis sa tendre enfance. « Je n’ai jamais rien porté de plus qu’une paire de chaussettes depuis que j’ai 7 ans », relaie le Huffington Post. Philomena est rarement malade, cours toujours des marathons, et a l’énergie et l’enthousiasme d’une femme ayant la moitié de son âge. Elle ajoute que « c’est aussi plus simple de rencontrer des hommes », et ce n’est pas peu dire puisqu’elle dispose de trois petits amis différents.

    L’autre exemple de cette étude relayée par le Huffington Post est Liz Sexton. Elle était stripteaseuse jusqu’à l’âge de 83 ans, elle en a aujourd’hui 117. « Je n’avais même pas besoin de soutien-gorge jusqu’à mes 95 ans ». Suite à cette étude, le gouvernement britannique songe sérieusement à rendre la nudité publique légale.


    votre commentaire
  • Qui voit quelqu'un à la hauteur de la magistrature Suprême ? Trés belle vue de la situation par le Psdt de  l' UNP .

    Faudrait il que les Gaux Paras prennent le pouvoir ... quelques années ?

    En tout cas , dans notre montagne, en Pays Toy , on est bien loin de tout cela .On continue de se chamailler et ce depuis des decennies et de plus en plus, au seuil d'une réforme clé et trés importante pour nos communes.

    Bien lire ou relire l'article joint.   

    JC M.  

     

    2012 : UN ENJEU ENORME !

     UN ESPOIR POUR LA FRANCE ?

     

    Depuis longtemps déjà la France morose, inquiète, désenchantée, en proie au doute, en perte de repères, se cherche et souffre.  NotreFrance plus que jamais malade, notre France qui parfois ne connaît même plus son nom ; notre France, étrangère a bon nombre de ses racines,hésite entre espoir et angoisse, s'interroge entre le goût de la liberté et la peur du désordre…

     

    Cette crise profonde de sens tient à la perte du sentiment d'appartenance collective, à l'affaiblissement de la cohésion nationale, à la disparition de l'esprit civique, à l'incapacité à se projeter dans l'avenir, à la baisse du patriotisme, à la montée du populisme et au délitement du principe du bien commun. Atteinte aussi d'un manque de vision à long terme et d'une insondable impuissance,ruinée par les gaspillages, malade de l’insécurité,  minée par les grèves et le chômage, plombée par une dette nationale abyssale, un Etat Providence et un assistanat omniprésent,la France, face à tous ses maux, rêve, espère encore et essaie d'envisager un futur meilleur.

     

    Dès lors, à moins d'un an des élections présidentielles, une seule question hante les esprits. Parmi ceux qui seront demain en lice pour la magistrature suprême, et au-delà des clivages politiques, y aura-t-il un candidat assez inspiré et suffisamment déterminé pour proposer avec force, courage et sincérité aux citoyens un cap nouveau qui redonnera à la France un rayonnement et une puissance aujourd’hui en berne ? Autrement dit, qui osera, devant pareil défi, rompre avec des dizaines d'année d’une pratique politique délétère qui a mené notre pays, sous la férule des oligarchies de droite comme de gauche, dans une impasse si dangereuse qu’elle risque de lui être fatale ?

    Sous peu, de nombreux programmes politiques marqués du sceau de l’ambition pour la France, seront soumis à l’examen critique de nos compatriotes avant que, finalement, en mai 2012, les Français choisissent par les urnes.

    Quels sont les fondements et valeurs clés pour que la France éternelle, hier encore  le phare du monde,  puisse le redevenir ?

    Oui, pour une Nation l'essentiel tient dans son identité, ses intérêts vitaux et la sauvegarde de valeurs fondamentales, valeurs conquises patiemment par nos aïeux durant des siècles dans la sueur, le sang, la souffrance, les larmes, l'héroïsme et le sacrifice.

    Bien que certains le contestent aujourd'hui l'idée de Nation reste une réalité intangible et forte. En effet, le sentiment d’appartenance nationale s’est forgé au long des siècles, pour ne pas dire des millénaires. Il y a là quelque chose d’extrêmement fort qu’on ne peut faire disparaître et qu'on ne peut nier.

    A l'automne 2011 de nombreux candidats promettront, s'engageront … Les Français entendront "Tout et son contraire". Ne pourrait-on pas prendre une autre voie ?

    Dans un contexte de mondialisation accrue,  d'Union européenne dominante et omnipotente afin de promouvoir enfin une politique de rupture, qu'aimerait-on entendre de la part de ces candidats ?

    Au moins évoquer quatre points incontournables et déterminants pour l'avenir : la restauration de la souveraineté nationale, le rayonnement et la singularité de la France, le rétablissement de l'autorité de l'Etat et le retour de la parole au peuple français.

    - Restaurer la souveraineté de la France

    Aucun pays ne peut aspirer à conserver sa liberté politique, ni mener quelque politique nationale que ce soit, s’il ne dispose préalablement des instruments juridiques de son indépendance d’action. Or depuis 2004, le droit européen prime sur  notre Constitution française. Est-ce normal dans un Etat souverain?

    En outre, entravée de toutes parts par l’appartenance et la dépendance à l’Union européenne,  la zone Euro,  l'ONU, l’OTAN, la France n’en finit plus d'accumuler les contraintes, de subir les rigidités d’obligations internationales qui la dépouillent implacablement de sa souveraineté politique, économique, monétaire et militaire. 

    Sans plus tarder, deux priorités pour la France. D'abord restaurer sa souveraineté face à l'Union européenne, puis son indépendance militaire, en renforçant considérablement  son budget défense, ses moyens opérationnels et ses capacités de projection, enfin en examinant l'utilité de sa présence dans l’OTAN. Ensuite, elle doit s'employer à remettre en cause, si nécessaire, la zone Euro si paralysante et stérilisante, puis à dénoncer un traité de Lisbonne contraignant et liberticide.
    - Affirmer partout la singularité française et le rayonnement de la France

    Alors que son modèle de société et sa civilisation spécifique sont admirés hors de nos frontières, la France semble aujourd’hui désemparée et incapable d’honorer et de transmettre son inestimable héritage multiséculaire. Pourtant le modèle singulier de notre pays repose sur des points d'ancrage intangibles : un héritage historique avec une dimension chrétienne prééminente que la rigueur du principe de laïcité ne saurait altérer; la forte unité d’un territoire acquise chèrement et difficilement en plusieurs siècles ; le poids considérable  depuis longtemps d’un Etat puissant et de sa fonction régulatrice ; enfin, un mode de vie ancestral légué et forgé par des générations de Français. Que faire ?

    Entretenir ce legs de l’Histoire auprès de toutes les couches de sa population. Maîtriser effectivement les excès actuels du peuplement de notre pays et de l'immigration incontrôlée qui, culturellement, porte profondément  atteinte aux caractères homogènes de sa population.

    Afin d'éviter les replis communautaires et de stopper le passage progressif à une société multiculturelle, défendre notre socle identitaire et conserver notre modèle de civilisation.

    Imposer enfin sur le territoire à tous les citoyens français notre langue et, hors des frontières, forger une puissante politique de la francophonie.

    - Rétablir l’autorité de l’Etat, sans le respect de laquelle le bien commun ne peut se réaliser

    Alors que la mondialisation commande et dirige en grande partie notre monde,  en raison des féodalités de toutes sortes, médiatiques, syndicales, régionales, communautaires et idéologiques, chacun déplore l’impuissance des pouvoirs publics de notre pays à faire respecter partout l’autorité de l’Etat,

    Plus qu’ailleurs, l’Etat a occupé traditionnellement, depuis Colbert, une place centrale dans l’organisation de notre pays, aussi bien dans la régulation de l’économie, le marché du travail, les transports, l’aménagement du territoire, etc.

    Le libérer de l’emprise durable de ces baronnies funestes pour redevenir le garant impartial du bon fonctionnement des institutions  et  rétablir la primauté du droit français sur tous les autres, notamment européen, reste possible.
    - Redonner la voix au Peuple français, seul détenteur légitime de la souveraineté nationale

    A bien des égards, la démocratie n’est qu’apparente en France depuis que ses oligarchies ont partiellement confisqué au peuple français la parole.

    Rappelons-nous : Les Français avaient voté massivement "Non" le 29 mai 2005  au traité constitutionnel européen. Pourtant avec mépris, l'Etat bafouant le peuple français a fait, avec le traité de Lisbonne, honteusement voter et ratifier le 14 février 2008 par la voie parlementaire un texte dont le contenu semblable avait été pourtant clairement désavoué trois ans plus tôt par nos compatriotes.

    A l’évidence, on le constate, le Peuple français ne dispose en rien du droit de s’exprimer librement sur les questions qu’il juge capitales pour son avenir. L’illusoire référendum d’initiative populaire, instauré en 2010 demeure un affichage sans contenu réel.

    Redonner la voix au Peuple français, c’est lui accorder le droit de s'exprimer, lors des scrutins électoraux, c'est aussi comptabiliser le vote blanc. Dans le même ordre d’idées, l’introduction d’une part de représentation proportionnelle dans les assemblées parlementaires ne peut que garantir l’expression équitable de l’ensemble des formations politiques, surtout pour celles qui sont victimes quotidiennement d’un ostracisme médiatique. Il est anormal, aujourd'hui, que des millions de Français ne soient pas représentés au Parlement.

    N’en déplaise enfin à nos oligarques, le Peuple français veut pouvoir faire entendre sa voix, partout et à chaque instant. Or, depuis une quinzaine d’années, la liberté d’expression se tarit. Une censure grandissante étouffe insidieusement le débat public et la libre manifestation des opinions individuelles. Pourquoi conserver ces restrictions abusives en matière de liberté d’expression ?

    Aujourd'hui donc, la France se trouve à la croisée des chemins. En 2012, l'occasion lui sera donnée de maîtriser peut -être son destin et de retrouver les lustres d'antan ?

    Peut-être trouvera-t-elle le candidat providentiel qui, convaincu et sincère, la conduira sur la route du renouveau et de la grandeur. Les Français l'attendent, l'espèrent et le désirent. Sera-t-il au rendez-vous?

     

                                                                                                  Général Christian PIQUEMAL

                                                                                      Président de l’Union Nationale des Parachutistes


    votre commentaire
  • La dépendance des personnes âgées : un sujet qui touche fortement les Français âgés de 35 à 75 ans

    8 Français sur 10 (35-75 ans) se sentent concernés par la dépendance des personnes âgées, 4 sur 10 se déclarant « très concernés », que ce soit pour eux-mêmes ou pour leurs proches.

    Concrètement, 6 sur 10 ont actuellement ou ont eu par le passé une personne âgée dépendante dans leur foyer ou leur entourage familial. 1 Français sur 4 est actuellement confronté à la dépendance d'une personne âgée, et la moitié d'entre eux est « aidant ».

    Cette situation d'être ou d'avoir été « face » à la dépendance d'un proche est ressentie comme particulièrement difficile d'un point de vue psychologique ou affectif pour plus de la moitié d'entre eux (55%).

    Dans cette situation, c'est d'abord le maintien de la personne âgée à domicile qui est privilégié (67%), qui s'accompagne bien souvent d'une implication forte des proches, devant l'hébergement en établissement spécialisé (46%).

    Parmi les Français confrontés actuellement à la dépendance, près de la moitié (47%) déclare apporter une aide à la personne dépendante, principalement sur le plan matériel (37%) devant l'aide financière (20%). Ainsi, les « aidants » représentent 13% des Français de 35 à 75 ans.

    Pour autant, les Français restent peu préparés à cette échéance

    Seulement 1 Français sur 3 s'est déjà renseigné sur les solutions disponibles pour faire face au risque de dépendance :

    Lorsqu'on se renseigne, c'est en premier lieu sur l'aide à domicile (72%), puis l'hébergement en établissement spécialisé (53%) et les possibilités d'aide financière (49%). La téléassistance (43%) suscite davantage d'intérêt cette année (+ 9 points vs. 2007).

    En pratique, les Français âgés de 35 à 75 ans ne sont qu'un quart (23%) à se préparer pour faire face à ce risque, niveau stable depuis 4 ans. Parmi les plus âgés (65-75 ans), ils sont 1/3 (32%) à avoir pris des dispositions.

    Parmi eux, 3 sur 4 déclarent avoir souscrit un produit financier, en majorité un contrat de prévoyance (53%) devant d'autres produits financiers « non spécialisés » (39%). Soit sur l'ensemble de la population des 35-75 ans, 12% ont souscrit un contrat de prévoyance pour la dépendance.

    Parallèlement, d'autres dispositions liées au logement ont été prises : 26% des Français ayant pris des dispositions l'ont fait en matière de logement, à la fois des aménagements spécifiques du logement (15%) ou l'achat d'un bien mieux adapté (15%).

    Actions prioritaires de l'État :
    soutien pour le maintien à domicile de la personne dépendante

    Pour 8 Français sur 10 (83%), aider à maintenir leurs proches le plus longtemps possible à domicile ou à développer l'hospitalisation à domicile: est une action prioritaire que l'Etat doit mettre en œuvre, nettement devant l'augmentation du nombre de places dans les maisons de retraite (44% vs. 57% en 2007).

    Projets de mesures sur la dépendance

    Parmi les différents travaux annoncés sur la prise en charge de la dépendance, les Français sont partagés quant à la mise en place d'une assurance dépendance obligatoire à partir de 50 ans : 4 Français sur 10 (35-75 ans) y sont favorables, 56% parmi les plus âgés (65-75 ans).

    Le fait de proposer des aides publiques pour la prise en charge de la dépendance avec ensuite un recours sur la succession semble difficile à accepter : 1/3 des Français y est favorable, mais près d'1 sur 2 (46%) y est très défavorable.

    Ils sont en revanche particulièrement favorables à certaines mesures, relatives à la prévention ou pouvant soutenir les aidants :

    • Le bilan de prévention systématique (bilan mémoire, bilan autonomie ou prévention des chutes) est une mesure vivement appréciée, par 8 Français sur 10 (31% très favorables)
    • Les propositions d'aide aux aidants remportent également l'adhésion, en particulier la possibilité pour la personne aidante d'aménager son temps de travail (46% très favorables) et de bénéficier d'une formation (40%).

    Étude réalisée par le département Finance de TNS Sofres pour La Banque Postale Prévoyance, du 13 au 18 décembre 2010, auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 35 à 75 ans, selon la méthode des quotas (1010 personnes interrogées).

    Télécharger l'étude compléte


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique