• funnywow_2fe038631553de2dFaut-il vraiment commenter tant que ça ?

    Entre spam de base pour chasseurs de liens et réponse développée sous forme de billet, il existe tout une gamme de commentaires qui méritent de s’attarder sur cette zone dédiée à la discussion sur un blog.

    Voyons voir quels sont les bénéfices d’une pratique maîtrisée du commentaire – tant au niveau du lecteur que du blogueur.

    Tout d’abord, je dois faire mon mea culpa car j’ai de gros défauts dans la gestion des commentaires sur quelques blog. Principalement, j’ai du mal à entretenir la conversation sur les anciens billets et je réponds parfois sur les récents avec un retard qui dépasse le délai raisonnable. Je présente toutes mes excuses à ceux qui voient leur message répondu tardivement ou pas du tout. Il ne faut pas penser que je ne porte pas d’attention aux messages, mais j’essaye de porter un minimum d’attention à certaines réponses et cela demande du temps que je n’ai pas forcément dans l’instant de la lecture. Il ne faut pas hésiter à me relancer si besoin même si le mieux est de procéder par eMail.

    Les bénéfices du commentaire de blog

    Tous les blogs ont besoin de commentaires. Cet échange entre le lecteur et le rédacteur est devenu une caractéristique indispensable du blog. Pour le rédacteur, cela assouvit l’insatiable besoin d’attention. Le lecteur trouve aussi son compte dans cette interaction, mais il oublie parfois que le blogueur attend un retour sincère, plutôt qu’une vulgaire manipulation d’intention ou message anodin et insipide.

    Bénéfices pour le blogueur

    • Gratification pour l’ego.funnywow_f2ee4f3c6f458a9a

    • Information utile lorsque le commentaire est informatif.

    • Amélioration de son contenu lorsque le commentaire rebondit sur l’information.

    • Possibilité de mise en relation directe.

    Bénéfices pour celui qui commente

    • Sentiment d’être utile.

    • Faire connaître son site.

    • Se démarquer.

    • Se faire des amis/prospects/clients.

    • Engranger des "retour de lien"

    • Entrer en relation avec le blogueur.

    • Faire la promotion

    Comment participer dans les commentaires

    Personnellement, je suis assez souple envers ceux qui recherchent simplement un lien, mais il faut bien garder à l’esprit que l’image donnée par cette pratique est plutôt égocentrique. Sauf que tout le Web est devenu égocentrique, alors bon…

    Ensuite, le commentaire n’est pas pour tout le monde. Preuve en est le nombre régulier d’emails que je reçois de personne qui préfèrent s’exprimer en privé.

    funnywow_a999307c56ed90f6Pour ceux qui veulent bien participer en public, je pense que le meilleur commentaire possible se présente sous la forme d’un billet dédié sur son propre blog. La réponse sous forme de billet présente d’énormes avantages. Premièrement, Vous êtes certain d’être démarqué par rapport au flot habituel de commentaires; vous allez être remarqué par les autres lecteurs, mais surtout par le blogueur. Puis, la réponse sous forme de billet est susceptible d’attirer un lectorat qualifié qui avait déjà trouvé de l’intérêt à la première lecture. Le blogueur qui a inspiré votre billet pourra également faire un lien directement sur la page Web avec les bénéfices évidents qui s’en suivent.

    Le but de l’opération est de rebondir sur un billet en publiant sa propre vision sur son blog. Ensuite, il s’agit simplement de signifier par le biais des commentaires de la source qu’une réponse est présente chez soi.
    Bien entendu, cela demande un effort puisque le sujet est imposé et il faut avoir quelque chose d’assez substantiel à dire pour faire réagir les foules. Aussi, c’est souvent la polémique qui va attiser le plus la curiosité et provoquer des réactions. La critique constructive est une stratégie à considérer; surtout en taclant les blogueurs les plus populaires. Tout en sachant qu’il faut être prêt à recevoir des salves négatives de la part des supporters du blogueur que vous avez mis à mal. D’ailleurs, certaines joutes entre blogueurs dits «influents» sont assez amusantes. Il est toujours intéressant de rebondir sur les sujets principaux de votre thématique. . Que ça soit en développant une information complémentaire ou en donnant un point de vue différent, il y a toujours moyen de rédiger un article si vous maîtrisez le sujet.

    Il paraît que c’est futile de remercier simplement sans autre forme de participation constructive. Sauf que flatter l’ego est la raison numéro une pour laquelle un blogueur apprécie un commentaire. On peut conclure que le blogueur fait partie d’une espèce un peu bizarre souhaitant être flattée avec style.Pourtant, on n’a pas toujours quelque chose à ajouter, tout en voulant marquer son approbation (ou pas).
    En fait, je pense que l’envie de commenter dépend fortement du billet en lui-même. Dans le cadre de mon blog, je note une baisse du nombre de commentaires dès que le sujet devient de plus en plus technique. Parfois, on se laisse surprendre par les sujets qui suscitent le plus grand nombre de commentaires ou les discussions les plus intéressantes.  Il est donc compliqué d’anticiper les billets qui verront une participation en hausse, mais c’est aussi au sein du flot de commentaires que l’activité peut s’élever grâce à des messages suggérant une réponse. Encore une fois, c’est la polémique qui va payer le plus pour attiser les réponses, mais il peut aussi y avoir des conversations constructives et pacifiques. C’est très intéressant lorsque la conversation dépasse les limites avouées du billet.
    Autrement, la conclusion du billet est aussi l’occasion d’inciter aux commentaires en posant des questions ou en finalisant de manière ouverte afin que le lecteur ressente l’envie d’ajouter un complément d’information.

    On peut aussi penser que le commentaire attire le commentaire. Il est facile de remarquer qu’un billet qui comporte plusieurs dizaines de commentaires va attirer plus facilement de nouveaux messages, tandis que l’article qui stagne à moins d’une poignée de messages va sans doute rester à ce niveau pour toujours.

    La règle de base pour poser un message qui va retenir l’attention est d’être sincère. Peu importe si c’est pour simplement remercier ou carrément répondre sous la forme de billet; ce qui importe est de rester franc. Ainsi, parlez avec votre coeur et tout devrait bien se passer. Que ça soit pour le blogueur ou le lecteur, il est indispensable que le commentaire soit une source de satisfaction. Tout le reste va découler naturellement en respectant cette notion de base.

    Le commentaire négatiffunnywow_b8ba7dba7eb17890

    Un commentaire qui critique le billet, le sujet ou le blogueur va forcément brosser le poil dans le mauvais sens, mais le Web serait tellement ennuyeux si tout le monde était d’accord ! Même si la discussion part en vrille et dégénère en bagarre virtuelle, je ne fais pas partie des bisounours qui refusent un débat musclé. Pas de pitié non plus si l’interlocuteur me broute (critère totalement subjectif) avec l’option éjection comme seule issue. Ma conviction profonde est qu’il est plus important de susciter une réaction – dans le bon ou le mauvais sens.  Être ignoré est la pire pire chose qui puisse arriver à un blogueur, dérivant bien souvent dans la lassitude et l’abandon du blog.

    Afin d’apaiser les commentaires agressifs, il est toujours efficace de répondre avec calme et courtoisie tout en adoptant l’adage «n’affronte pas quelqu’un qui cherche la bagarre». Parfois, on peut même voir de belles relations émerger d’un premier conflit. Ceux qui n’ont pas le courage de leurs opinions méritent juste le dédain.

    Le commentaire positif

    Un message constructif peut avoir un impact important. Cela peut faire changer d’avis au blogueur et au lecteur, mais surtout cela va apporter de la valeur ajoutée à l’image de celui qui explique quelque chose d’intéressant. C’est vraiment un excellent moyen de jauger les affinités et  je ne compte plus les relations que j’ai tissé par le biais de conversations  nées dans les commentaires.

    En tant que blogueur, mes commentaires préférés sont ceux qui me font réfléchir et carrément changer d’avis. Bien entendu, ce n’est pas pour tout le monde car il faut être capable d’encaisser la critique (constructive). Je pense que c’est une erreur de fermer carrément les commentaires pour cause d’incapacité à les gérer (négatifs, spam, …).

    Commentez sans cesse

    Bien que l’exercice puisse paraître rebutant pour certains, je ne peux qu’encourager aux commentaires sur les blogs. Aujourd’hui, certaines thématiques (le référencement en fait partie) ont complètement déplacé la conversation depuis les forums vers les commentaires de blogs.

    Cette zone bien particulière d’un site Web qui est inhérente au format du blog est particulièrement propice à la visibilité. Ceux qui pratiquent assidûment de poser un message constructif sur le blog d’autrui ne peuvent nier que les bénéfices sont réels. De la même manière, les blogueurs qui reçoivent un nombre suffisant de participations pour satisfaire leur ego (nombre sujet à l’appréciation de chacun) doivent admettre la gratification et l’encouragement à entretenir un blog.

    En fait, le commentaire est la deuxième moitié d’un billet. Même si je comprends l’attitude de ceux qui refusent la conversation publique (du côté lecteur comme rédacteur), il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un élément à forte valeur ajoutée. On peut tout à fait s’en passer, mais c’est bien mieux avec.


    votre commentaire
  • Un cru exceptionnel - la dépêche

    Le trio Björkenheim, Drake et Parker en scène.
    Le trio Björkenheim, Drake et Parker en scène.
    Le trio Björkenheim, Drake et Parker en scène.

    Une affluence jamais vue au chapiteau comme au Verger, un public rajeuni et renouvelé, des artistes traînant plusieurs jours dans les allées du festival… Il s'est passé quelque chose, cette année, à Jazz à Luz, festival récompensé par les cieux, reconnaissant sans doute l'audace et la persévérance d'organisateurs décidément toujours aussi bluffants. Car si cette 21e édition a semblé à nulle autre pareille, c'est que les rendez-vous tant attendus comme les propositions périphériques ont dépassé les promesses émises.

    Parmi les moments attendus, le concert de batteries emmené par le Russe Tarasov fut une bulle époustouflante : de la complicité entre les 4 batteurs (en rajoutant Lasserre, Perraud, vraie révélation de ce festival, et Pontévia, formant le trio Drums Noise Poetry) est née une rencontre luxueuse, habitée de trouvailles des plus jouissives quand chacun pense à secourir l'autre et à se fondre dans un ensemble d'une chaotique harmonie. Autre set particulièrement réussi, celui du trio Björkenheim (guitare), Drake (batterie), Parker (contrebasse), insatiable trio qui s'est livré sans économie pour construire une œuvre forcément rock'n'roll (la partie américaine du trio) et tout aussi jazzie et tradi (la face africaine sûrement). Souvenons-nous encore de la création savoureuse avec la pianiste Wrodrascka, l'indémodable Cappozzo à la trompette et le tout nouveau venu à Luz Gerry Hemingway pour honorer le fil conducteur que fut la batterie ; comptons encore parmi les instants forts les deux prestations de Bruno Chevillon, LE contrebassiste du festival (avec le jeune Australien Clayton Thomas) et on aura là quelques heures de gloire de ce Jazz à Luz 2011. Délicieux aussi pour avoir dégoté un trio belge forcément surréaliste et génial, Vitas Guerulaitis, pour avoir osé donner à Das Kapital la possibilité de composer un hymne au patrimoine hydroélectrique de la vallée (après son plus réussi et savoureux hommage à Hanns Eisler en ouverture), pour avoir donné la parole aux cordes de Ryan K, doux esthète d'une musique entêtante, pour avoir encore permis aux Subcity Stories d'électriser un troquet luzéen, pour…

    Chapelet bien trop long à égrener pour un festival qui ne se réclame d'aucune chapelle mais qui a ses fidèles de plus en plus accros à ces sucreries hors du temps que l'on ne retrouve qu'à Jazz à Luz. à coup sûr la raison d'un succès bien mérité.


    votre commentaire
  • Nouvelle rubrique sur ce blog. Laura, Viencent, Gaêtan, Nathalie et moi avons récupéré les clés de notre jardin. Nous voila donc plongés dans une nouvelle occupation. Les enfants ne manquent pas d'idées et semblent très motivés. Laura a choisi un carré où elle veut semer des radis. Vincent veut essayer les artichauds. Gaêtan c'est plutot les fraises et les tomates et Nathalie les aromates. Quant à moi je me plonge dans les bouquins pour apprendre: je vais tenter les pommes de terre, les carottes, les salades...Mais je crois qu'avant ça beaucoup de travail de préparation m'attends...

    Dans cette rubrique vous pourrez suivre l'évolution de notre jardin .


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique