• La Vélorution

    La Vélorution (jeu de mots mélant vélo et révolution) est un mouvement dont le but est de promouvoir l'utilisation des moyens de transports personnels non polluants (bicyclette, patin à roulettes, skateboard). Tous les derniers vendredis du mois dans la plupart des pays (et tous les premiers samedis du mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) en France), ces véhicules viennent en masse sur la route (d'où le nom anglais Critical Mass) afin de se réapproprier la route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.), le temps d'une manifestation au moins.

    En France, une association Vélorution (La Vélorution (jeu de mots mélant vélo et révolution) est un mouvement dont le but est de promouvoir l'utilisation des moyens de transports personnels non polluants (bicyclette, patin à roulettes, skateboard). Tous les derniers vendredis du mois dans la plupart des pays (et tous les...) a été créée pour défendre les droits des cyclistes, à Paris, tandis qu'à Toulouse une autre association propose une vision globale de ce que pourrait être des transports (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) écologiquement soutenables (défense des cyclistes ; aide et assistance à tous les mono, bi et multi-cyclistes ; éradication des véhicules dangereux et carburants toxiques ; redéploiement des transports publics gratuits).

    Histoire

    Débuts

    La première Vélorution en France a été organisée au début des années 70 par les Amis de la Terre à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les...) contre un projet d'autoroute qui devait longer la Seine et traverser la capitale d'est en ouest. La manifestation réunit plus de 10 000 cyclistes. Tout au long des années 70, ce terme va être repris pour des actions cyclistes. La revue écologiste Silence en fait son titre de une en mars 1983.

    Mais, la paternité du terme revient à Mouna Aguigui, André Dupont de son vrai nom, qui fait sa campagne à l'élection présidentielle de 1974, à bicyclette, "Je suis un cyclodidacte, la vélorution est en marche".

    Aux Etats-Unis, en 1992 à San Francisco 52 personnes participent à une critical mass Masse (La masse est une propriété fondamentale de la matière qui se manifeste à la fois par l'inertie des corps et leur interaction gravitationnelle.) critique. L'idée est alors reprise de faire des manifestations à date régulière jusqu'à atteindre une masse critique suffisante pour peser politiquement.

    Par la suite, de nombreuses personnes rejoignent le mouvement. On estime qu'il y aurait des vélorutions dans plus de 325 villes

    Objectifs

    Les objectifs de la Vélorution sont nombreux et non définis clairement, de par sa constitution. Chaque collectif décide des valeurs et des objectifs à faire passer par ces manifestations. Cependant, plusieurs objectifs se détachent, notamment une plus grande place et une meilleure reconnaissance des vélos, et plus généralement une bataille contre le monopole des véhicules individuels motorisés, les voitures, scooter et motos. Vélorution reprend des revendications communes avec le cyclisme urbain : code de la rue, re-aménagement de l'espace, prise en compte du vélo à tous les niveaux, local, régional et national. Vélorution s'attaque en plus à des symboles forts : le Lisbonne-Dakar ( ex Paris Dakar, véritable apologie de la voiture ), le salon de l'auto, de la moto, la sur-consommation. Vélorution participe à des luttes communes pour les écoquartiers à Paris, pour le climat, pour le réseau vert à Paris. Néanmoins ce n'est qu'à Toulouse que le collectif réclame l'arrêt des aménagements dits "cyclables", du fait de leur dangerosité extrême pour les cyclistes.

    En France

    Le mouvement vélorution existe dans plusieurs villes de France, à Angers, Avignon, Bordeaux, Brest, Cherbourg, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy, Nantes, Paris, Rennes, Rouen, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulouse, Tours et Vannes. Chaque collectif est autonome, et accessible depuis le site velorution.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :